En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Entre art et technologie : les membres artificiels nouvelle génération

Elle sublime le handicap avec des prothèses d’un nouveau genre

Publié le 28 juin 2016 Pauline Ecrit par Pauline
Entre art et technologie : les membres artificiels nouvelle génération

La jeune prothésiste anglaise Sophie de Oliveira Barata l’a bien compris : remplacer des parties du corps disparues avec des prothèses tout droit sorties d’un film de science fiction ou de super-héros, c’est possible. Il fallait juste y penser et surtout oser.

Avant de mettre son talent et ses compétences au service de la création de membres artificiels alternatifs, Sophie a d’abord étudié les effets spéciaux pour le cinéma et la télévision. Elle est ensuite passée par la prothèse réaliste en silicone chez un grand fabriquant anglais avant d’ouvrir son propre studio pour se laisser la liberté d’expérimenter avec ce nouveau médium. 

Sophie a installé son atelier et laboratoire The Alternative Limb Project à Londres il y a maintenant 5 ans pour y fabriquer des prothèses sur-mesure customisées en fonction de la personnalité et l’imagination de ses clients. Son ambition? Faire que ses prothèses deviennent une extension de l’identité.

Dans son studio, on aperçoit des cuisses, des doigts, un bras transparent incrusté de petits miroirs, un autre en cuir et en métal couvert de fourrure. Plus loin, une jambe en silicone couverte de perles et de strass attend son futur corps avec impatience, pendant qu’accrochés aux murs trônent des membres qu’on croirait presque humains. Sculptures ? Œuvres d’art ? Non, ce sont bien des prothèses aux airs fantastiques destinées à ceux qui ont perdu un bras ou une jambe. Selon Sophie, "les pièces n’ont aucun sens tant qu’elles ne sont pas portées" et on se réjouit à l’idée que ces nouveaux membres aux allures surnaturelles prêts à bondir viendront bientôt compléter un corps.

Des prothèses ambitieuses et fascinantes

Aussi artiste que prothésiste, Sophie révolutionne notre perception de la prothèse et du handicap en associant art et prouesses technologiques. L’imagination est ici sans limite puisqu’il s’agit de créer des pièces alternatives et inhabituelles qui reflèteront avant tout une personnalité. Alors que certains préfèrent rester dans le réalisme pur avec des prothèses en silicone classiques, d’autres souhaitent en faire un atout et mettre leur nouveau membre en avant avec force et fiertéSophie attire tout particulièrement cette clientèle à l’imagination débordante. Elle collabore et s’entretient longuement avec chaque client pour façonner la prothèse parfaite qui viendra remplacer leur membre amputé. Elle travaille aussi parfois sur des pièces qui combinent des matières plus réalistes à des formes alternatives pour ceux qui veulent garder un pied dans le réel.

Une autre perception du corps

Pour Sophie, la prothèse vient avant tout sublimer plus que combler ou cacher un handicap. Le site internet The Alternative Limb Project propose plusieurs descriptions détaillées des prothèses alternatives ainsi qu’une présentation des clients qui les portent et les ont imaginées en collaboration avec Sophie. On y retrouve Viktoria Modesta, une artiste qui a voulu faire de son amputation un projet artistique en détournant les formes et les matières pour reprendre le contrôle de son corps.

On passe de la pitié à de l’admiration

L’une des prothèses les plus ambitieuse de Sophie a été conçue pour James Young. Ce jeune biologiste de 25 ans amputé d’une jambe et d’un bras possède maintenant un bras bionique aux airs de robot ou de super-héros. Sophie a en effet mis au point pour lui en quelques mois le Phantom Limb ou "membre fantôme" customisé avec des faisceaux lumineux bleutés réglables, un port USB ainsi qu’un drone au niveau de l’épaule. Les mouvements de cette prothèse en fibre de carbone hautement élaborée sont directement contrôlés par James grâce à une batterie et des capteurs reliés aux muscles.

Ces créations bousculent la perception traditionnelle du corps humain, Sophie est fière de cet accomplissement et s’en émerveille tous les jours : "C’est toujours incroyable de voir ces pièces surréelles fonctionner comme un membre du corps à part entière."


Un peu comme la mode, la prothèse devient un véritable moyen d’expression. Sophie voit leur potentiel unique et n’hésite pas, à travers elles, à promouvoir la diversité corporelle.

Les gens regarderont toujours ceux qui portent des prothèses avec une curiosité un peu malsaine parce qu’ils ne peuvent pas s’en empêcher, alors autant leur donner une bonne raison de regarder !

Source image : thealternativelimbproject.com ; tracks.arte.tv ; theatlantic.com : independent.co.uk ; forbes.com

Article rédigé par :


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos ami(e)s !


Devenez chroniqueuse !

Laissez parler votre plume et rejoignez l'aventure Copines du Web!

Je contribue