En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Paris Drone Festival : la première compétition d'objets volants sur les Champs-Elysées

On a encouragé pour vous la seule femme participante. Allez Julia !

Publié le 5 sept. 2016 Ecrit par Valérie Coat
Paris Drone Festival : la première compétition d'objets volants sur les Champs-Elysées

Une grande manifestation de drones s'est tenue ce dimanche 4 septembre sur la célèbre avenue de la capitale. Une première à Paris ! On a assisté pour vous à cet événement historique où la mairie de Paris a autorisé des démonstrations et des courses d'engins dans une volière de 2000 m2. Aujourd'hui, cette discipline se féminise doucement mais sûrement.

Quatorze heures, le festival ouvre ses portes. Assise dans le paddock, les lunettes d'immersion sur la tête et le joystick dans les mains, Julia Müller, jeune pilote Allemande de 27 ans, jauge ses adversaires : quatre Français - notamment Dunkan Bossian d'Aix-en-Provence - un Espagnol et deux Britanniques - dont le jeune prodige de 16 ans, Luke Bannister. Sous les commentaires des journalistes d'Itélé, l'un des partenaires de l'événement, les hôtesses soulèvent le filet pour accéder à la ligne de départ puis placent avec soin les engins - drôles de petits appareils très légers composés de quatre rotors et télécommandés. La foule amassée attend avec impatience le début de la compétition. Des cris d'encouragement et des applaudissements retentissent le long de la volière. Contre toute attente, on sent un réel engouement pour ce racing drone. Et nous, on est toutes contentes d'avoir trouvé une place de choix.

Concentrée, Julia Müller (photo ci-dessus) ajuste machinalement ses lunettes, le nec plus ultra du pilotage. Les drones décollent de la piste à très vive allure, près de 130 km/h. Ils s'affrontent tout le long du parcours et virevoltent entre les obstacles appelés gate. L'engin de Julia se fracasse malheureusement dès le premier tour contre la porte en forme d'arceau. Tombé au sol, son drone peine à repartir dans cette course effrénée ; quel dommage, la première manche est déjà terminée pour l'Allemande. Sous le flot des commentaires continu et des cris de la foule enthousiaste, la course s'achève quelques minutes plus tard, gagnée par le favori, Luke Bannister. Ainsi, au terme des multiples manches, la finale en individuel est remportée par un Frenchie, Dunkan Bossian, à l'avenir prometteur. 

Regardez ce sport étonnant en vidéo : 

Entre les courses, des démonstrations dans les stands s'enchaînent. On apprend également lors d'interviews des informations pratiques sur l'utilisation de ces appareils, les règles de sécurité et la réglementation en vigueur en matière d'aéromodélisme. Loin d'être rébarbatif, ce sport innovant suscite la curiosité et on se laisse prendre à son jeu et à l'ambiance qui règne sur les Champs-Elysées. On essaierait bien de tester ces petits jouets, juste pour voir. D'ailleurs, Anne Hidalgo, la maire de Paris, a annoncé à cette occasion l'ouverture de zones dédiées au vol de drones un dimanche par mois. Ainsi, le 18 septembre, l'hippodrome de Longchamp inaugurera la première session, suivie par par le parc de La Villette le 16 octobre. Avis aux amatrices, les filles...

► BONUS : MAIS AU FAIT, C'EST QUOI UN DRONE ?

Le premier drone français (terme désignant en anglais "faux-bourdon", le mâle de l'abeille !) a été conçu, réalisé et expérimenté dès 1923 à Etampes par l’ingénieur Maurice Percheron et le capitaine Max Boucher. Selon la Fédération professionnelle du drone civile, "le drone a été développé de façon confidentielle par les Etats-Unis (pendant la Guerre Froide) comme un moyen de supériorité stratégique devant permettre la surveillance et l’intervention militaire chez l’ennemi." Il a même été utilisé pour larguer des tracts dans le cadre de la guerre psychologique. Depuis plus de vingt ans maintenant, les drones ont été développés et utilisés dans un cadre militaire, pour des missions de surveillance et de renseignement. Depuis quelques années, les Français le découvrent comme un loisir. La dronemania nous guette !

Source image : Valérie Coat, ROMAIN SAILLET / PARIS DRONE FESTIVAL

Article rédigé par :

Valérie Coat

Passionnée de culture médiatique et amoureuse des jolis mots, je partage dans la bonne humeur mes envies, mes sourires emplis d'ondes positives ...

Voir plus


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos ami(e)s !


Devenez chroniqueuse !

Laissez parler votre plume et rejoignez l'aventure Copines du Web!

Je contribue


Les dossiers liés