En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

À la découverte de la boutique Olympia Le-Tan

La boutique Olympia Le Tan dans la capitale fête ses un an ! Voici nos coups de coeur dans l'univers coloré de la créatrice.

Publié le 1 déc. 2015 Ecrit par Marion Trumier
À la découverte de la boutique Olympia Le-Tan

La première boutique Olympia Le Tan dans la capitale fête ses un an ! Ouverte depuis décembre 2014, le lieu est charmant et original, et cela tombe bien, anciennement tenue par des antiquaires, Olympia l’a convoité pendant six ans avant de s’y installer !

Située derrière les jardins du Palais Royal, dans le Passage des deux Pavillons et au dessus du restaurant La Table du Palais Royal, on emprunte un petit escalier pour se rendre dans la boutique. En haut de la vingtaine de marches, un buffet rafraichissant propose trois succulents cocktails, nous accueille. Nous y résistons et décidons de pénétrer dans l’échoppe qui est encore relativement aérée.


Nous nous retrouvons alors tout droit projetées dans un univers girly proche de celui d’Alice aux Pays des Merveilles. On aimerait tout photographier, et l’on ne s’en prive pas ! L’espace, sur deux étages est petit mais pas moins impressionnant par sa beauté. Au milieu de la pièce, Olympia, portant l’une de ses créations, rayonne, tout sourire. De grandes fenêtres font de l’échoppe un véritable puit de lumière et agrandissent l’espace. Ces dernières sont entourées par le papier peint rose au textile monogrammé aux initiales LT crée par Pierre Le Tan, le père d’Olympe. Ce dernier, illustrateur de profession imaginerait aussi les motifs imprimés de ses collections.

Au rez de chaussée, certaines robes sont exposées sur des mannequins. Le long des fenêtres, des étagères blanches présentent les minaudières toutes plus belles les unes que les autres, des ceintures, vêtements et broches au logo éponyme LT sont parsemées ici et là. Deux portants remplis de robes et tops griffés Le-Tan encadrant un miroir, nous incitent à l’essayage. Nous tombons en extase, devant une minaudière de la nouvelle collection, en forme de mappemonde, exposée dans une vitrine en verre.


A l’intérieur de chaque création est brodée l’étiquette « Hand made with love in France », chaque modèle est produit en série limitée tirée à 16 ou 77 exemplaires (le jour ou l’année de naissance d’Olympia), la rareté expliquant le luxe de l’accessoire.

Un petit escalier étroit nous invite à continuer d’assouvir notre curiosité au deuxième étage. Une vendeuse nous y accueille avec un grand sourire. Notre œil est d’abord interpellé par le petit coin canapé, invitant à venir s’assoir sur des fauteuils violets matelassés aussi designs que confortables. (Une petite pause si l’envie nous prends de nous plonger dans la lecture d’une des minaudières ?) On aurait presque envie de s’y installer pour y prendre le thé. Un clin d’œil aux origines british de la créatrice ?

Nous sommes ensuite attirées par une commode en plein milieu de la pièce sur laquelle trône fièrement la collaboration capsule Olympia Le-Tan et Disney. On craque (de nouveau !) pour ces minaudières et sacs en bandoulières aux effigies de Peter Pan, Alice aux Pays des merveilles ou encore la Belle au bois dormant.


La boutique renvoie l’image que l’on se faisait de la marque : le mariage de la classe française et de l’excentrique œil expert de la mode britannique. Des étoiles plein les yeux nous nous laissons cette fois-ci tenter par un cocktail rafraichissant : un régal pour nos papilles !

Nous surprenons alors une élégante femme toute de Chanel vêtue souffler à son mari : « On dirait une maison de poupée » les mots sont très justes. C’est d’ailleurs le résultat que la créatrice désirait.

La star c’est Olympia qui est sollicitée de toutes parts, des questions brûlent nos lèvres mais intimidées, nous préférons la laisser s’affairer. Interpellées par une invitée portant une robe LT, nous décidons d’échanger quelques mots avec elle sur ses impressions. En réalité chargée de production, elle nous décrit l’entreprise à taille humaine comme très familiale, une très bonne ambiance, ce qui est rare dans ce milieu. Elle avoue que c’est d’ailleurs pour ça qu’elle voulait y travailler.

L’événement incontournable a eu beaucoup de succès, nous y avons notamment croisé Inès de la Fressange, la grande prêtresse du chic à la parisienne, Lou Douillon et la blogueuse Typhaine Augusto (cuillère à absinthe).

Si nous résistons à la tentation d’un deuxième somptueux cocktail, nous n’oublions pas notre photo souvenir avec Olympia Le-Tan !


Nous sommes enchantées par notre soirée. De nouvelles boutiques devraient bientôt ouvrir à Londres, Tokyo cette année 2015, New York et Los Angeles, en 2016... Affaire à suivre.

Source image : Marion Trumier

Article rédigé par :

Marion Trumier

Passionnée d'Art et de Haute Couture j'aime flâner dans les musées et me perdre parmi les toiles. À défaut de pouvoir me payer de la Haute Couture ou ...

Voir plus


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos ami(e)s !


Devenez chroniqueuse !

Laissez parler votre plume et rejoignez l'aventure Copines du Web!

Je contribue


Les dossiers liés