En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Vie de fille ou comment sauver sa pudeur !

Notre chroniqueuse Agathe Deco nous parle de ce moment gênant de la vie d'une fille. Oups !

Publié le 19 avr. 2016 Ecrit par agathedeco
Vie de fille ou comment sauver sa pudeur !

Il y a des moments très gênants que les hommes ne vivront jamais, c’est lorsqu’une petite tache rouge apparaît dans l’entre-jambe… Récit.

"Trop tôt ou trop tard, mais pas maintenant, je n’avais pas prévu. La panique me gagne, comme disent les anciennes, les anglais débarquent ! Je me lève à pas feutrés pour chuchoter à l’oreille de ma collègue « Dis, t’aurais pas un tampon, par hasard ? » qui dit que « Non, pas aujourd’hui », elle, elle sait EXACTEMENT quand ça arrive, « pff, bravo la femme parfaite ! ».

Je comprends mieux l’expression « avoir ses ours »…

Il y a des choses que les hommes n'achèteront jamais, le kit pour faire face : tampons, serviettes hygiéniques, toutes ces choses que l’on cache à la caisse du supermarché, entre la salade et le paquet de céréales. Sauf que ce jour là, sur le tapis de la caissière, je n’ai qu’un paquet de protège slip… so sexy ...

Un joli jeune homme attend derrière moi, je souris bêtement ! De toute façon, ça devrait être rapide. Personne ne fait attention aux achats des uns et des autres, non ?

Sauf qu'il y a un problème. « BIP », le code barre ne passe pas, la caissière le repasse « Biiip », toujours pas. Elle lève très haut ma boite de Nana, et crie à son collègue « Dis, tu connais le prix des protèges slip Nana ? », lui qui répond « Nan, demande à Roger ».

Je suis liquide…

Voilà qu’elle se lève avec mes Nana dans la main pour traverser le magasin, et s’enfermer avec Roger dans un bureau, pour définir le prix de mon sésame. Regard en biais vers le beau garçon derrière moi qui s’impatiente…

Je comprends mieux l’expression « avoir ses ours »…

Après plusieurs minutes, la caissière réapparaît, enfin. Je tends ma monnaie aussi vite que possible. Dans un dessin animé, on aurait vu de la fumée sortir de mes oreilles. Je sors aussi digne que possible. Après quelques pas, je souris, et me dis qu’une situation aussi grotesque ne peut m’apprendre qu’une chose : le sens de l’auto-dérision."

Source image : tonspy.com

Article rédigé par :

agathedeco

Dur, dur de se décrire en 3 lignes quand on aime raconter plein de choses. Mes métiers dans le cinéma ou la télévision m'ont guidé vers Paris et les m...

Voir plus


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos ami(e)s !


Devenez chroniqueuse !

Laissez parler votre plume et rejoignez l'aventure Copines du Web!

Je contribue