En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Les Rencontres d’Arles 2016 au cœur de la photographie narrative

La 47eme édition des Rencontres d'Arles célèbre la photographie du 4 juillet au 25 septembre

Publié le 13 juil. 2016 Ecrit par Pauline
Les Rencontres d’Arles 2016 au cœur de la photographie narrative

Fondé en 1970 par le photographe arlésien Lucien Clergue, l’écrivain Michel Tournier et l’historien Maurice Rouquette, le festival n’a cessé depuis de faire parler de lui en France comme à l’international. Tour d'horizon des catégories à l'honneur cette année.

Aujourd’hui reconnu comme l’un des principaux évènements photographique, les Rencontres d’Arles restent un lieu de création et de diffusion unique

C’est parti pour 3 mois de photos!

Comme d’habitude, la semaine d’ouverture qui a eu lieu cette année du 4 juillet au 10 juillet sert de référence. Ces quelques jours d’introduction denses au cours de laquelle les photographes exposés on pu présenter leurs œuvres aux visiteurs viennent de s’achever. Avec pas moins de 137 artistes et 32 expositions, le festival s‘ouvre sous le signe de l’éclectisme avec une attention particulière portée à la jeune création

Selon le directeur Sam Stourdzé, il s’agit pour cette 47e édition d’exposer "une radioscopie de la création contemporaine." En effet, pas de thème général cette année mais à la place plusieurs catégories bien séparées proposant chacune leurs expositions

Les photographes sont des raconteurs d’histoires

Tout un volet des rencontres est consacré cette année à la photographie documentaire, plus que "nécessaire en ces temps difficiles", souligne Sam Stourdzé. Jetons un œil aux catégories "Les plateformes du visible", "Après la guerre" et "Street" qui mettent en lumière une photographe narrative. Le photographe s’improvise détective dans ces sections fascinantes et bouleversantes où les photos enquêtent et racontent.

Les raconteurs d’histoires à l’honneur

  • "APRES LA GUERRE" 

    Au centre de cette expo figure entre autres le travail de Yvan Morvan. Le photojournaliste explore les vestiges de champs de bataille et revisite l’Histoire en invitant à la réflexion sur la guerre.
  • "LES PLATEFORMES DU VISIBLE" 

    Cette catégorie ambitieuse qui expose le travail de quatre photographes présente les clichés saisissants de la jeune Laia Abril. Présenté pour la toute première fois au public, "De l'avortement", premier chapitre de son projet "Une histoire de la misogynie" est une recherche visuelle qui documente les dangers et les dégâts causés par le manque de moyens d’accès légaux et gratuits à l’avortement.
  • "STREET"
     

    Cette grande séquence qui célèbre la photographie de rue expose le travail de six photographes. Elle réunit notamment les œuvres en noir et blanc de Garry Winogrand (1928-1984), considéré comme le principal représentant du mouvement de la photographie de rue, et celles en couleur de son héritier le new-yorkais Ethan Levitas. Ce dialogue captivant entre le travail complémentaire des deux photographes explore le contraste entre le visible et l’apparence et pose une question essentielle : Qu’est-ce que regarder signifie ?

Les Rencontres d'Arles - Semaine d'ouverture : du 4 au 10 Juillet - Expositions : du 4 juillet au 25 septembre.



Source image : rencontres-arles.com ; laiaabril.com ; lemonde.fr ; culturebox.francetvinfo.fr ; focus-numérique.com

Article rédigé par :


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos ami(e)s !


Devenez chroniqueuse !

Laissez parler votre plume et rejoignez l'aventure Copines du Web!

Je contribue


Les dossiers liés