En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Rosemary Teixeira, la Betty Boop du XXIième siècle !

« Vous allez rire… mais quand je vois une araignée je fais une crise comme Betty Boop… il faut que j’aille voir quelqu’un ! »

Publié le 29 sept. 2015 Ecrit par Aurelie
Rosemary Teixeira, la Betty Boop du XXIième siècle !

« Poo-poo-pee-doo ! » Jeune trentenaire, Rosemary Teixeira est programmatrice musicale et co-directrice du centre culturel La Ferronerie à Paris. Depuis deux ans, le week-end, elle se transforme…en une Betty Boop plus vraie que nature ! Avec sa voix inimitable, l'artiste interprète brillamment les chansons du dessin animé des années 30. Rosemary embarque les spectateurs dans un show glamour et déjanté ! Comment est-t-elle tombée dans la marmite de Betty-Boop ? Est-elle aussi sexy ? Rencontre...

Bonjour Betty Boop !

Bonjour ! (Rosemary s’esclaffe.)

Que raconte votre spectacle « Betty Boop – L’étrange cabaret » ?

L'histoire est celle de Rosy, fascinée dans son enfance par Betty Boop. Un jour, alors que la petite fille regarde un dessin animé de son idole, elle aperçoit une araignée et décide de la capturer. Mais elle perd l'équilibre et tombe de son balcon. Elle s'évanouit et se réveille arachnophobe. Dès lors, l'apparition d'une simple araignée provoque à Rosy une étrange crise de panique, où elle se transforme en Betty Boop de manière totalement incontrôlée. Sa vie devient un cabaret étrange et glamour, mêlant chanson, émotion, danse, humour...et araignées ! Aidée d’un « psystigidigitateur », Rosy va peu à peu à se « libérer de sa maladie ». Même si j’invente pas mal de chose, Rosy est mon reflet. C’est d’ailleurs un diminutif de mon prénom. J’ai toujours eu cette fascination pour les araignées. Lors du rappel, je chante mes propres chansons, sans me cacher derrière un personnage, entre deux blagues improvisées !


Comment résumeriez-vous Betty Boop à un extra-terrestre ?

Les studios Fleisher américains ont créé le personnage de dessin animé Betty Boop en 1930. Des années 30 aux années 40, la pin-up des cartoons est devenue le sex-symbol de l'âge d'or de l'animation américaine. Ses dessins animés sont très beau musicalement et hyper surréalistes, pas tellement à destination des enfants. Betty Boop minaude beaucoup, elle peut paraître un peu « cruchotte » mais elle est loin d’être bête ! En plus d’être très sexy, l'héroïne est complètement militante féministe et revendicatrice. Si un extra-terrestre rencontrait Betty Boop, je pense qu’il la trouverait à son goût, avec sa voix, très aigue et son physique hors du commun ! Souvent Betty Boop travaille et vit seule, avec toujours ce côté sexy totalement assumé. Originaire du cabaret, elle est pulpeuse et montre ses rondeurs dans des spectacles. Je trouve cette dualité folle et extrêmement actuelle, avec le retour du « new burlesque » où la femme assume son corps sans être dominée par l’homme. Betty Boop est d’autant plus moderne qu’elle chantait des choses osées et engagées pour l’époque. Les paroles imaginées par les studio Fleischer, Cab Calloway et Louis Armstrong évoquent parfois la drogue et le sexe !


Dessin animé "Boop Boop a Doop" des studios Fleischer en 1932 : gloussement mythique "poo-poo-pee-doo" à 5:15 !

Quel est l’objectif de votre spectacle ?

Le théâtre, l’amusement et la chanson sont ma passion. J’ai voulu écrire quelque chose d’extrêmement personnel, avec de la magie et de la poésie. J’adore susciter des étoiles dans les yeux des petits comme des grands. « Betty Boop – L’étrange cabaret » est un mix intime de tout ce qui me plaît sur scène. Comme Betty Boop, j’ai un côté très enfant : à la fois sexy, pudique et spontanée. Sinon, je souhaite susciter l’envie de la scène chez les personnes un peu timides. Il est important de suivre son instinct, sa passion et son envie !

La pin up se dévoile en chansons tout en glamour attitude © Jérémie Wach-Chastel !

Êtes-vous passionnée par Betty Boop ?

Betty Boop est plutôt un prétexte pour créer mon histoire et me mettre en scène. Depuis petite, c’est un personnage que j’apprécie. Je l’ai découverte toute seule, en zappant à la télévision. Betty Boop était en noir et blanc, je ne comprenais pas toujours ce qu’il se passait mais c’était très intriguant ! Je me suis re-intéressée bien plus tard à la pin up en tant qu’adulte. J’aime ses chansons des années 30, le swing et sa voix très atypique.

Comment êtes-vous entrée dans le monde du spectacle ?

Jurassienne d’origine, je me considère autodidacte même si j’ai fait beaucoup de théâtre dans mon adolescence. A partir de 17 ans, j’ai fait partie d’une troupe de théâtre, où j’ai appris partie pendant 10 ans à me mettre seule en scène et à créer des spectacles. Vers 25 ans, j’ai lancé mon groupe de pop rock « Pop en stock ». Puis j’ai rencontré à Paris mon metteur en scène actuel Frantz Morel à l’Huissier, avec lequel j’ai joué deux pièces de théâtre. Une frustration gonflait de plus en plus et en moi et à un moment donné j’ai du réagir. L’idée d’un « one woman show à moi », qui ne rentrerait dans aucune catégorie, s’est imposée naturellement. Et « Betty Boop - L'étrange cabaret" est né ! »


Bande annonce du spectacle de Rosemary Teixeira joué en 2015 à LA Folie Théâtre à Paris.

Comment vous êtes-vous préparée pour entrer dans le personnage de Betty Boop ?

J’ai regardé quelques dessins animés et écouté les chansons d’Helen Kane, qui interprétait la voix de Betty Boop. C’est à ce moment-là que la cohérence de mon spectacle a pris forme dans ma tête.

Qu'est-ce que ça fait d'être dans la peau de Betty Boop ?

C’est extrêmement bizarre. Je dirais plutôt que c’est elle qui est dans ma peau ! J’ai l’impression d’avoir un personnage fictif en moi et c’est super agréable. À chaque spectacle, je rentre dans une transcendance amusante et magique. On va vraiment croire que je suis complètement schizophrène...Mais peut-être que je le suis (rires) ? J’aime la folie que Betty Boop m’apporte et je vis complètement cette sensation marrante. Betty Boop fait écho au clown dissimilé au fond de moi. Cela me fait un bien fou de le lâcher ! Plus je joue ce personnage, plus je me dis que je peux aller encore plus loin dans la folie. Il ne faut pas avoir peur du ridicule, ni que le personnage sorte et fasse n’importe quoi de notre corps. 


Rosemary Teixeira ou...Betty Boop ?

Racontez-nous une journée type de Madame Betty Boop au 21ième siècle ?

Betty Boop s’effeuillerait dans un cabaret. Dans la tendance du « new burlesque », elle ferait beaucoup de blagues actuelles dans son spectacle.

Et une journée de Rosemary Teixeira ?

La même chose (rires) ! Je travaille dans un centre d’animation et à côté j’écris des spectacles. Je vis au jour le jour. Avoir un travail et se produire le week-end sur scène est un luxe immense. C’est comme si je menais une double vie, ce qui m'apporte beaucoup d'énergie ! Chaque représentation est différente et m’insufle de l’assurance et de la confiance en moi. C’est vraiment super !

C’est quoi les astuces de Betty Boop pour un premier rendez-vous galant ?

(Rires). Déjà, en premier il est important de trouver la plus belle robe pour se mettre en valeur. Il faut être drôle, sans préparer ses blagues. La séduction dans l’humour est ce qu’il y a de plus touchant pour moi ! Betty Boop s’attacherait à dénicher un bon endroit avec une belle robe, pour être un peu sexy mais pas trop. Dissimuler sans minauder, aller dans la timidité tout en étant amusante. 

Quel conseil donneriez-vous aux femmes pour assumer leur côté féminin et sexy ?

Tout d’abord être dans la spontanéité et accepter son corps : assumer ses formes ou ses non-formes d’ailleurs. Savoir se mettre en valeur est important pour une première rencontre. Plus on s’assume et plus on s’approche du côté sexy. Il faut s’efforcer d’oser la couleur pour apporter du positif, sans vulgarité. Et mettre des vêtements qui nous plaisent mais qu’on n’ose pas enfiler. C’est comme sur une scène : à partir du moment où l’on s’amuse avec ses vêtements, c’est communicatif. Se sentir bien dans une robe que l’on l’aime, représente pour moi la féminité.


Betty Boop étincelle de beauté et de modernité dans le dessin animé des studios Fleischer de 1934 "Poor Cinderella"  !

Êtes-vous plutôt Betty Boop ou Rosemary dans vos rêves ?

Cela va être très flippant ce que je vais dire. Je suis beaucoup de personnages quand je rêve, je n’ai pas de limites ! Depuis toute petite, je rêve de personnages de fiction, entre autre Betty Boop. Je peux aussi être un homme. En tant qu’arachnophobe, je rêve beaucoup d’araignées malheureusement lorsque je suis angoissée. Parfois je suis moi-même dans mes rêves, mais très grande, toute petite ou toute nue (!).

En quoi cela vous donne-t-il de la force et de la confiance d'entrer dans ce personnage fun et sexy ?

Lors du spectacle, il n’y a plus de barrières avec le public. On ne va pas me juger moi, puisque je suis un personnage. L’excentricité de Betty Boop me permet d’aller à fond dans certains de mes traits de caractères. Je vais beaucoup plus loin dans la folie que si c’était « Rosy » toute seule sur scène ! 


Rosy se fait sermonner par sa famille après une crise de Betty Boop © Jérémie Wach-Chaste !

Comment a réagi votre entourage quand vous avez commencé à incarner Betty Boop ?

Toute ma famille est venue me voire sur scène, ce qui a été très émouvant. Mon entourage amusé n’a pas vraiment été surpris, puisque le spectacle me ressemble beaucoup. J’ai eu des supers retours. Mais maintenant, à chaque repas de famille on me demande d’imiter Betty Boop : « Fais-nous rire maintenant ! » !

Avez-vous eu des réactions étranges parmi les spectateurs ?

Pas mal de fans de Betty Boop sont venus me voir. J’ai eu par exemple une fan de 55 ans qui avait toute la panoplie chez elle et connaissait les dessins animés par cœur. Elle a reconnu toutes les chansons de mon spectacle. J’étais ultra fière, très touchée et honorée de sa présence ! Il y a eu aussi pas mal d’arachnophobes qui parfois ont poussé des petits cris. En fin de spectacle, des petites filles m’ont demandée des autographes. C’est génial que cela les pousse à s’intéresser à Betty Boop !

Racontez-nous comment vous êtes-venue à chanter ?

Mon père chante un peu, mais je ne suis pas issue d’une famille de chanteurs. Au bout d’un moment je me suis dit : « Allez, il faut passer la barrière de la timidité et du trac ! » Je suis devenue la chanteuse officielle de mon groupe de rock. Chanter devant des inconnus est finalement plus facile que devant sa propre famille. 


Fermez les yeux ! Oui, une Betty Boop plus vraie que nature se tient devant vous... © Annaïg, Blog de La Blonde.

Est-ce que vous chantez toujours en anglais ?

L’anglais s’adapte mieux actuellement aux mélodies dans ma tête. Ecrire et chanter en français est une étape à passer, dans laquelle je devrais d'avantage me livrer !

Est-ce qu'on peut vous piquer vos chaussures pailletées so girly ? Où avez-vous déniché votre magnifique robe rouge ?

Non, j’y tiens tellement (rire) ! Mais non, c’est pour rire…Bien sûr, je suis prêteuse ! Ce sont mes chaussures de magie pour me transformer en Betty Boop, comme celles du « magicien d’Oz ». Concernant ma robe, au début du spectacle j’étais en noir et blanc. Puis je me suis « colorisée » avec ma tenue rouge sexy de la couturière « Her name is rita ». C’est une super créatrice qui fait des robes de pin up et des trucs incroyables.


Les magnifiques chaussures de magie de Rosy/Betty font pâlir d'envie les petits comme les grands © Rosemary Teixeira !

Quelle est votre prochaine actualité spectacle ?

Je garde le spectacle de Betty Boop sous le coude, tout en murissant un nouveau show. De toute évidence, Betty Boop fait partie de moi pour longtemps encore. Je souhaite m’assumer complètement, en créent prochainement un spectacle de stand up « 100% Rosy ». Dans un même univers enfantin, je chanterais des chansons plus personnelles.

Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

Du public dans la salle, et de continuer à m’amuser surtout. Trouver le moment précieux où l’on bascule complètement dans la folie !

Source image : © Annaïg, Blog de La Blonde © Studio Fleisher

Article rédigé par :

Aurelie

Jeune trentenaire, journaliste et profondément parisienne. Fan de culture et férue d'actualité, j'aime approfondir des sujets de société, susciter des...

Voir plus


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos ami(e)s !


Devenez chroniqueuse !

Laissez parler votre plume et rejoignez l'aventure Copines du Web!

Je contribue