En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

La Paris Fashion Week en résumé

4 défilés d'exception : Dior en fleur, Chanel dans les airs, Valentino en Afrique et Louis Vuitton futuriste

Publié le 8 oct. 2015 Marion Trumier Ecrit par Marion Trumier
La Paris Fashion Week en résumé

Paris Fashion Week SS16

Ça y est, la saison des Fashion Week est terminée. Prochain rendez-vous en janvier pour la Haute Couture. Que retenir de cette Paris Fashion Week printemps-été 2016 ?

Paris demeure la capitale de la mode (cocorico !), et pour conserver cette place au sommet Anne Hidalgo a déclaré en mars dernier accorder 60 millions d’euros au secteur de la mode. Le but étant de soutenir sans réserve cette activité industrielle qui représente tout de même 60 000 emplois directs et des « dizaines de milliers d’emplois indirects » ! Ainsi, la mode est l’un des plus gros employeurs de la capitale. L’industrie génère chaque année près de 32 millions d’euros. Mais la concurrence est rude, les petits nouveaux émergent Outre Atlantique, et l’Asie demeure un concurrent important. Paris conserve tout de même le mérite de l’ancienneté mais doit se battre pour conserver cette place de choix.

Les quatre défilés qui m’ont le plus marqué cette saison sont ceux de Dior, Chanel, Valentino et Louis Vuitton, voyons pourquoi.

Dior, j'adore

Le défilé Dior, grandiose, aura marqué les esprits, grâce à sa spectaculaire installation florale aux 400 000 fleurs bleues. Mais la colline de delphiniums n’est pas la seule chose que l’on retiendra de cette incroyable présentation. Le nombre de people au mètre carré était lui aussi impressionnant. Dior illustre à merveille la capacité d’une maison de tradition à se moderniser et rester dans l’air du temps. Cette collection printemps-été 2016 flirte avec l’excellence de la couture tant au niveau des plissés que de la richesse des broderies. Le détail à ne pas louper, les colliers des mannequins estampillés du numéro 47 faisaient référence à la collection "New Look" de la maison Dior en 1947.

► Voir le défilé

This is Chanel

L’autre habitué des défilés d’exception, c’est notre cher Karl. Cette année, Chanel nous a fait voyager avec sa Chanel Airlines. Au Grand Palais, comme à son habitude, Karl Lagerfeld a invité ses convives à prendre place dans un hall d’aéroport. Mais, outre le décor, ce qui m’aura surtout marqué dans cette collection printemps-été 2016 c’est sa modernité. Tout en conservant les codes propres à Coco Chanel, Karl Lagerfeld a su y insuffler de la contemporanéité, une collection dans l’air du temps presque streetwear , pleine de couleurs et de peps ! 

► Voir le défilé

Oh my Valentino

Le duo Valentino s’est inspiré de l’Afrique, et de la crise des migrants pour une collection aussi belle que provocante. Une sublime présentation où chaque mannequin semblait être le chef d’une tribu mais toujours en conservant la délicatesse propre à la griffe italienne. Encore une fois, ici les détails s’approchent de la Haute Couture : cuir orné, plastron de plumes, dentelles multicolores… Certaines silhouettes nous rappellent tout de même la Rome Antique chère au duo de créateurs Maria Grazia Chiuri et Pierpaolo Piccioli. De belles robe en cuir clouté qui pouvait rappeler l’époque des gladiateurs. 

► Voir le défilé

Louis Vuitton, my love

La fondation Louis Vuitton a servi de catwalk à la marque cette année, une fondation transformée en planète Mars pour l’occasion. Nicolas Ghesquière y a présenté une collection futuriste alliant matières nobles et savoir-faire dans un décor digital avec écran XXL et jeu de lumières. Fernanda Ly, ressemblait à une poupée manga avec ses cheveux et son perfecto rose, à l’ouverture du défilé. La top repérée en mars dernier sur ce même podium fait partie des favorites de Nicolas Ghesquière. Les silhouettes, un brin androgynes (d’ailleurs nombre d’entres elles avaient le crâne rasé), ressemblaient à des guerrières venues tout droit du futur, d’autres plus romantiques portaient des robes légères. Côté couleurs, on note du noir ébène, du blanc immaculé, du rose poudré, du rouge écarlate et du gris acier.

► Voir le défilé

Source image : Kevin Tachman, Zalora, Lareclame.fr, Pinterest

Article rédigé par :

Marion Trumier

Marion Trumier

Passionnée d'Art et de Haute Couture j'aime flâner dans les musées et me perdre parmi les toiles. À défaut de pouvoir me payer de la Haute Couture ou ...

Voir plus


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos ami(e)s !


Devenez chroniqueuse !

Laissez parler votre plume et rejoignez l'aventure Copines du Web!

Je contribue


Les dossiers liés